Comment bien choisir son PERP (plan d’épargne retraite) ?

Le plan d’épargne retraite (PERP) est un outils d’actualité avec les réformes de retraite. Alors PERP ou pas PERP pour préparer votre retraite ? Nous allons voir ici comment bien choisir son PERP pour ne pas faire d’erreur.

Aujourd’hui, les cotisations des actifs ne financent plus qu’environ les deux tiers des pensions de retraite. Ce fonctionnement déséquilibré incite peu à peu vers une diminution de revenus à la retraite et un allongement de l’âge lors du départ vers cette dernière.

Beaucoup d’incertitudes planent donc malheureusement sur le montant des pensions après une longue vie de travail. L’idée de cet article n’est pas de développer les causes de cela mais de vous présenter une solution pour ne pas être totalement dépendant du système et ne pas avoir à le subir jusqu’à la fin de votre vie.

Capitaliser avant d’être à la retraite est donc la solution logique afin de coupler voire de pouvoir privilégier votre retraite constituée par rapport à la retraite par répartition. Les solutions adaptées sont multiples mais certaines ont été créées à cet effet.

C’est le cas notamment des PERP dont les contours vont certainement évoluer au cours des mois prochains.

Les conditions de flexibilité déterminées par la loi PACTE « Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises » visent à encourager les épargnants à organiser leur propre retraite.

Préparez votre retraite le plus tôt possible. Vous éviterez ainsi des déconvenues et minimiserez la baisse de vos revenus à la retraite.

Préparer sa retraite en capitalisant, c’est travailler sur votre « stock de patrimoine » qui vous servira par la suite à percevoir un revenu récurent ou une rente. Il existe un certain nombre de possibilités pour arriver à un résultat satisfaisant. L’idéal est comme toujours de diversifier afin de mutualiser les risques.

Je vous propose donc aujourd’hui de définir l’une des solutions envisageables : le Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP).

1. Un PERP, cela sert à quoi exactement ?

L’objectif du Plan d’Epargne Retraite Populaire consiste comme évoqué à capitaliser afin de percevoir après le départ à la retraite une rente, jusqu’à la fin de votre vie. Cette enveloppe fiscale est individuelle et accessible à tous. Pour vous inciter à y verser votre argent, l’état vous permet de disposer d’une déduction fiscale sur vos versements.

Il y a donc deux phases dans cet investissement :

1.1 Une première phase de capitalisation

Vous épargnez en versant votre argent sur des actifs financiers, principalement des OPCVM ou un fonds euro, à la manière d’une assurance vie.

En France, pour favoriser l’épargnant à verser de l’argent dans l’économie réelle, des enveloppes fiscales ont été créées ; en contrepartie, la sortie en est allégée fiscalement dans certains cas, comme dans l’assurance vie.

Dans le cas du PERP, le déblocage se fait à la retraite, l’allègement fiscale se fait à l’entrée par une déduction.

Exemple :

Si vous investissez 3 000 € dans votre Plan d’Epargne Retraite Populaire, vous déclarerez à l’administration fiscale un revenu global dont en sera déduit ce montant de cotisations.

Dans l’hypothèse où vous seriez sur une Tranche Marginale d’imposition de 30 % (et si cela ne vous fait pas diminuer d’une tranche), vous aurez fait baisser votre impôt à payer de 30 % de 3 000 €, soit de 900 €.

Les cotisations versées sur un PERP sont donc déductibles des salaires ou des revenus professionnels, dans des limites importantes de 10% de ces revenus de l’année précédente jusqu’à un plafonnement qui évolue tous les ans.

Durant cette phase, l’enjeu est également de vous servir de cette durée souvent longue pour « aller chercher de la rentabilité » : en effet, plus la durée de votre investissement est longue, plus vous serez en mesure d’accéder à des actifs volatiles. La raison en est simple : comme vous ne serez normalement pas en capacité de récupérer cet argent avant votre retraite, vous êtes en mesure d’accepter un risque plus important.

Le but ici, pour synthétiser est de rechercher un trend et non un rendement sur du court terme. La volatilité est mathématiquement lissée sur une durée longue. Pour préparer votre sortie, un arbitrage progressif se fera automatiquement afin de vous préserver de la volatilité les dernières années de votre investissement.

Le fonds euro qui rappelons-le est garanti, fera office de placement « sécurisation ». Vous ne pouvez pas perdre d’argent sur la partie placée sur un fonds euro.

1.2 Une seconde phase : La rente

Lorsque le PERP est débloqué, l’assuré perçoit une rente viagère fiscalisée en tant que pensions de retraite, tout comme le PREFON ou le MADELIN. L’une des particularités est de pouvoir sortir avec 20 % de votre capital. Si la rente calculée est inférieure à 40 € par mois, vous pourrez même récupérer 100 % en capital.

La rente est soumise à l’impôt sur le revenu après application de l’abattement de 10 % applicable aux pensions de retraite et elles sont assujetties aux prélèvements sociaux (8,1 %).

Souvent, la Tranche Marginale d’Imposition (TMI) pendant la phase de constitution et celle de la sortie ne sont plus la même. En effet, à la retraite, les revenus perçus diminuent, parfois de plus de la moitié. Ce qui a bien entendu un effet sur votre fiscalité.

Il y a donc un réel intérêt à placer afin d’engendrer une augmentation de votre capital.

1.3 Les cas de sorties exceptionnelles

Il existe quelques cas exceptionnels afin de récupérer votre argent avant d’avoir l’âge de prendre votre retraite :

  • A la fin de vos droits aux allocations chômage ou et de liquidation judiciaire de l’entreprise pour les travailleurs indépendants,
  • En situation de surendettement
  • Si la valeur des sommes inscrites sur le PERP est inférieure à 2 000 €,
  • Si le conjoint (marié ou pacsé) de l’assuré décède,
  • En cas d’invalidité de 2e ou de 3e catégorie.
  • Enfin, si les revenus de l’adhérent sont inférieurs à ceux permettant de bénéficier de l’exonération ou du plafonnement de la taxe d’habitation (soit, en 2019, justifier d’un revenu fiscal de référence inférieur à 36.628 euros pour un couple, ou à 25.839 euros pour une personne célibataire, en métropole), il y a également la possibilité de récupérer les fonds.

1.4 L’aménagement de la sortie du PERP

Le PERP, un placement permettant de protéger et sécuriser ses proches et fait office d’assurance décès…

Les PERP ont des aménagements pouvant servir à protéger un bénéficiaire. Les options des contrats sont telles que les fonds peuvent être versés sous forme de rente éducation ou viagère (jusqu’au décès) aux bénéficiaires mineurs ou majeurs ou en rente temporaire pendant au minimum 10 ans pour ces derniers.

Le Plan d’Epargne Retraite Populaire permet également de sécuriser son conjoint avec la rente de réversion. Elle lui assure un revenu à vie ou une rente avec annuités garanties. Il y a donc des possibilités afin de ne pas perdre le capital investi durant des années.

Un dernier cas concerne les bénéficiaires mineurs, enfants du défunt âgé de moins de 25 ans : une rente éducation peut être versée jusqu’à cet âge.

Dans ce type de placement, il y a une volonté d’organiser ses revenus futurs et celle de ses proches.

Des PERP proposent également une rente viagère assortie d’une option dépendance. Cette option permet de jouir d’une rente doublée en cas de dépendance partielle ou totale.

Il y a donc dans ce placement un véritable souhait d’assurer et d’organiser en cas de décès du titulaire, les futurs revenus de ses proches mais également concernant sa propre dépendance.

Des obligations de transparence et de communication :

L’organisme gestionnaire du PERP doit respecter les obligations d’informer le souscripteur de l’évolution du contrat et de sa valorisation ainsi que les frais prélevés. Enfin, il doit également communiquer une estimation de la rente viagère qui sera versé par la suite.

Le PERP d’ailleurs est une solution contrôlée par une structure associative spécifique : le Groupement d’Epargne Retraite Populaire (GERP). Celle-ci est donc un organisme indépendant de contrôle qui a été créé afin que soient respectés les intérêts des adhérents, par le biais de son comité de surveillance.

2. Comment bien choisir son PERP ?

Il y a quelques éléments à observer avant de se décider. De toute façon, au pire des cas, vous pouvez disposer de plusieurs PERP à la fois. C’est dans votre bon droit !

2.1 L’architecture du PERP

En premier lieu, l’architecture doit être prépondérante dans votre choix. Sur quels types d’actifs, vous allez pouvoir y verser votre argent, où quel va-t-être votre mode de gestion ? Ce sont des interrogations importantes.

Il est évident qu’un contrat dit « ouvert » permettra de mieux appréhender votre allocation et agir par opportunisme. Un contrat dont l’architecture est ouverte permet d’accéder à des organismes de placements collectifs de valeurs mobilières plus intéressants. C’est-à-dire gérés par des entités indépendantes et usant de stratégies plus variées.

Comme déjà évoqué, l’allocation se fera par rapport à votre horizon de placement.

Les OPCVM permettent d’investir dans des solutions financières qui génèrent un rendement potentiellement plus important que les autres classes d’actifs. La volatilité qui évidemment est plus importante, est lissée sur une durée longue.

Comme vous ne pouvez pas récupérer dans un cadre « standard » votre argent avant votre retraite, (sauf dans les cas évoqués précédemment), autant se servir de l’illiquidité de vos fonds pour investir dans des actifs plus volatiles

Ce plan d’épargne est d’ailleurs idéal pour prendre un peu de risque et moduler jusqu’à votre sortie et votre départ à la retraite.

Pour synthétiser, plus l’allocation sera ouverte, plus l’éligibilité sur des OPCVM sera potentiellement variée en stratégie, sectoriellement et géographiquement.

2.2 Le mode de gestion

En phase de capitalisation, il existe un certain nombre de modes de gestion qui vont permettre de développer votre capital.

Il existe plusieurs modes de gestion concernant le PERP afin de mieux organiser votre placement :

Le fonds euro : Pas de surprise, le rendement est faible mais aucune prise de risque.

La gestion libre : Comme pour l’assurance vie, votre argent est alloué suivant les fonds éligibles et à votre appétence au risque. L’avantage est de construire sa retraite selon des placements opportuniste et de moduler au gré du temps selon votre âge et des aléas économiques, politiques et boursiers.

La gestion sécurisée : le mandat présenté vous fait part d’une proportion au fonds euro plus important au fur et à mesure où l’adhérant prend de l’âge. Il y a une sécurisation progressive mais rigide…

Le PERP à points : Identique au Madelin à points.

3. Quels sont les facteurs qui vont déterminer la rente future ?

A l’âge de la retraite, le capital accumulé et la plus-value sont transformés en rente viagère. Vous n’êtes pas dans l’obligation de débloquer votre PERP dès le passage à la retraite. Vous pouvez même l’espacer dans le temps jusqu’à un âge défini.

Pour calculer le montant de la rente d’un Perp, l’épargnant doit tenir compte de différents paramètres : le montant du capital et de l’âge de l’épargnant.

En effet, le montant des rentes est calculé au prorata du capital présent sur le Perp. Quant à la condition de l’âge, plus vous vieillissez plus votre rente sera importante. La table de mortalité se développe au cours du contrat et donc de ce fait n’est pas déterminable à l’ouverture du Perp (sauf pour les PERP à point retraite).

Une rente de PERP se calcule par rapport à un taux technique.

De quoi s’agit-il exactement ? C’est un taux de revalorisation minimum garanti par anticipation. Plus ce taux est important, plus la rente sera élevée les premières années. Par la suite, cette tendance s’inverse car une partie de la rente garantie a déjà été versée.

Pour synthétiser, plus vous souhaitez récupérer votre argent rapidement, plus il faut sélectionner un taux technique élevé. En revanche, si vous désirez lisser vos mensualités et in fine percevoir à partir d’une certaine année une rente plus élevée, il faut privilégier un taux faible…

Il existe une règle : les assureurs ne peuvent pas garantir un taux technique supérieur à 60 % du taux moyen des emprunts d’état (TME) moyen des six derniers mois.

En définitive pour calculer la rente d’un PERP, on utilise la table de mortalité, le montant du capital ainsi que l’âge de l’épargnant.

4. Combien cela vous coûte-t-il ?

Dans un PERP, il faut vérifier les frais d’entrée qui peuvent aller jusqu’à 5 % ! (rassurez-vous, ici, on baisse ces frais !).

A cela, il faut rajouter les frais de gestion et les frais d’arrérage. Cela varie suivant le contrat souscrit.

5. On reprend les points positifs et les inconvénients des PERP

5.1 Les points positifs du PERP

La déduction fiscale : chaque euro peut être déduit de votre revenu global déclaré à l’administration fiscale jusqu’à un plafonnement que vous pouvez retrouver sur votre avis d’imposition (page 4).

La capitalisation : vous économisez, organisez et placez votre argent sur des actifs diversifiés.

Les possibilités de percevoir une rente ou de la reverser en cas de décès à votre conjoint.

L’aspect sécuritaire lié à la possibilité de récupérer votre capital et la rente dépendance.

5.2 Quelques inconvénients du PERP

La durée de placement : cela représente un temps d’illiquidité des fonds assez longs voire très long.

La sortie : 80 % au minimum en rente et 20 % maximum en capital (sauf si la rente calculée est inférieure à 40 € par mois).

La fiscalité de la rente : vous êtes fiscalisé selon votre TMI. Pas de décote de la rente comme c’est le cas en assurance vie.

La rentabilité sera évaluée au moment où vous commencez à toucher la première rente.

La durée longue afin de récupérer la totalité du capital versé.

Conclusion : bien choisir son PERP

Le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises, dit projet de loi PACTE va permettre notamment de rendre les contrats retraite plus flexibles, plus liquides et facilité le cadre de la réversion. Si un PERP est ouvert avant, cela ne sera de toute façon pas une chose négative.

Par ailleurs, le PERP est donc une excellente solution mieux optimisée lorsque vous êtes sur une Tranche Marginale d’Imposition importante. Il est clair que la question concernant la date d’acquisition sera liée à la durée de votre placement futur et votre capacité à épargner.

Par rapport à l’assurance vie, la déductibilité des cotisations versées permettent dès l’entrée d’avoir un gain intéressant.

Pour synthétiser, la retraite doit se préparer le plus tôt possible.  Le PERP est mieux adapté pour des personnes ayant de belles TMI et assez proches de la retraite. Il permet de bénéficier d’une plus grande déductibilité. Plus vous en êtes proches, moins vos fonds sont illiquides.

Le PERP est légitime pour la retraite et n’existe d’ailleurs que pour ça. Il existe bien évidemment également d’autres solutions afin de se constituer un capital et épargner.

Dans beaucoup de cas, ce placement est une bonne solution pour vous créer un complément à la retraite.

Laisser un commentaire

Une heure de formation offerte...