Comment bien placer son argent ou trouver son placement adapté ?

L’un des “marronniers” des journaux spécialisés en gestion de patrimoine ou autres sites commerciaux est l’article qui “élit” le placement ou investissement le plus rentable (ou classe d’actifs). 

Ainsi, il est régulier de trouver des classements plus ou moins objectifs dont les conclusions tranchent vers l’actif le plus rentable pour celui qui diffuse le texte. Même si les tendances sont sérieuses, elles se doivent d’être tout de même nuancées. 

En effet, un investissement dépend beaucoup de la période à laquelle il est fait, de sa durée ainsi que de la fiscalité employée. D’autre éléments tels que la qualité de l’actif dans lequel vous investissez ou sa gestion ont également une importance capitale. Enfin, pour qualifier un placement, nous sommes dans l’obligation de constater des données chiffrables, souvent un historique dépendant de facteurs passés. La vérité d’il y a six mois, dix ans, vingt ans n’est pas la même que celle présentement. Evidemment, rien n’est statique.

Néanmoins, si les sources sont fiables et l’horizon d’investissement long, il est compliqué de tricher sur du long terme. 

Au travers cet article, je souhaitais faire une revue d’effectif des classes d’actifs les plus courantes. Evidemment, tout ne peut se résumer à quelques lignes mais il est intéressant de comparer les actifs les plus prisés tout en les confrontant à la période exceptionnelle que nous vivons. 

Notre rapport à l’entreprise et à l’économie changent. De nouveaux investissements naissent et d’autres sont plus ou moins utilisés. L’inflation n’est plus la même qu’il y a 20 ou 30 ans alors que les taux d’intérêts interagissent dans l’économie comme si parfois le risque était dérégulé. Des élément importants voire capitaux s’invitent également peu à peu dans le « modus operandi » des sociétés. Il s’agit des motivations sociales et environnementales. Vous trouverez d’ailleurs des informations sur l’ISR et les RSE sur ce site. 

 

J’ai indiqué un référencement dont l’échelle par des étoiles permet de comparer les investissements entre eux : la rentabilité, la volatilité (variation de la valeur du placement) et la liquidité (la possibilité de récupérer votre argent facilement). Concernant la volatilité, l’échelle est inversée : plus l’investissement est peu volatile, plus il y a d’étoiles. 

Pour aller plus loin et avoir une vision plus pointue, n’hésitez pas à nous solliciter ou à parcourir nos articles.

Voici la légende concernant les étoiles : 

Totalement

cela dépend des cas

Pas du tout 

J’ai également indiqué les éléments ci-après pour chaque placement : 

Le TRI (Taux de rentabilité Interne) permet une actualisation de la valeur en prenant en compte l’effet du temps sur votre placement. Les éléments agrémentant les classes d’actif sont établis par l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF). Le TRI reprend des données plus complètes qu’un rendement ou une rentabilité.  

J’ai rajouté également un rendement significatif constaté pour une durée de 5-7 années pour chaque placement. 

La première sécurité pour se garder d’une grosse perte à long terme est de le diversifier. La diversification est essentiel à la bonne gestion de votre patrimoine. Il est important également de confronter votre rendement à sa fiscalité et à l’inflation pour avoir une réelle objectivité sur les chiffres. 

Quel placement est le plus performant depuis 15 ans ?

La bourse / actions

Rendement

Volatilité

Liquidité

Sur une période longue, les études concernant la bourse montrent un rendement supérieur aux autres placements (au-dessus de 20 ans), ce qui fait des actions sur du long terme, le placement le plus rentable. La volatilité est d’ailleurs diluée grâce à une période d’investissement plus long. 

Il s’avère que les marchés boursiers sont par nature volatils. Garder un cap permet de mieux vivre les périodes de turbulences. Forcément, l’économie n’étant pas statique, il faut parfois effectuer des arbitrages. Il existe plusieurs manières d’investir en bourse : titres vifs, instruments financiers, OPCVM (SICAV et FCP), ETF, produits structurés… Hormis concernant des techniques bien précises, l’horizon de placement habituel est long. C’est bien une tendance que vous allez rechercher sur du long terme. 

Les statistiques boursières sont étonnantes puisque le rendement moyen peut changer considérablement en fonction du moment d’investissement. Il faut également avoir une stratégie cohérente et une allocation adaptée en fonction de votre appétence au risque.

En cette période, les marchés ont déjà baissé. La question est de savoir comment vont réagir à la reprise et la différence entre les marchés boursiers et l’étendu des pertes pour les entreprises dans le cadre du covid 19. On sait déjà que les fonds ESG l’ont mieux supportés. 

TRI 10 ans : 9,1 %

TRI 15 ans : 6,5 %

Rendement entre 2 et 15 % environ

Les SCPI (Société Civile de Placement Immobilier)

Rendement

Volatilité

Liquidité

On trouve une corrélation intéressante et finalement assez logique entre l’immobilier d’entreprise (valeur vénale)  et la bourse. Les deux sont assez révélateurs de la santé de l’économie puisque assujettis à la croissance et à l’emploi. En revanche, l’amplitude moyenne des deux marchés n’est évidemment pas la même.

Les SCPI de rendement sont composées majoritairement d’immobilier d’entreprise. Cela engendre par nature un rendement plus important que l’immobilier à des desseins d’habitation. Souvent pour accéder à ces biens immobiliers loués par des sociétés, les investisseurs vont se tourner vers des véhicules d’investissement tels les SCPI voire des SCI qui s’acquiert via des parts sociales par des montants potentiellement très bas.

Depuis la baisse des taux, les SCPI sont l’un des placements préférés des français. Elles bénéficient depuis des années d’un afflux d’argent massif. 

Par la diversification des actifs et la qualité des locataires, cela en fait un placement disposant d’un rapport rendement-risque avantageux. Sur du long terme, vous bénéficiez de l’immobilier tout en ayant une liquidité normalement réelle et stable. Investir dans des SCPI reste un investissement rentable à condition de gérer sa fiscalité…

Quid de l’année 2020 et de l’après confinement ? Les taux et également les défauts seront à scruter particulièrement. D’où l’importance de choisir des Société Civile de Placement Immobilier qui disposent d’un “report à nouveau” important et des liquidités. N’hésitez pas à lire notre article sur le cahier des charges pour bien choisir une SCPI !

 

 

 TRI 10 ans : 6,6 %

TRI 15 ans : 8,2 %

Rendement entre 3 et 6 % environ

Les OPCI (Organisme de Placement collectif Immobilier)

Rendement

Volatilité

Liquidité

Un OPCI est un fonds immobilier dont la particularité est d’avoir potentiellement en son sein, des actifs financiers. Sa part immobilière est composée d’immeubles acquis en direct et de sociétés qui gèrent de l’immobilier. Un OPCI peut également investir dans de l’immobilier coté (foncières). 

Elle a cette capacité, contrairement à des SCPI de pouvoir également investir jusqu’à 35 % d’actions ou instruments financiers. Cela en fait un investissement plus volatil que les SCPI mais sur du long terme, potentiellement plus rentable. Les chiffres évoqués pour le TRI ne vont pourtant pas dans ce sens. Il faut mesurer toutefois les TRI puisqu’on trouve dans les OPCI des rendements très disparates.  

 TRI 10 ans : 4,7 %

TRI 15 ans : 9,2 %

Rendement entre 2 et 7 % environ

Les foncières

Rendement

Volatilité

Liquidité

Les foncières cotés ou Sociétés d’Investissement Immobilier Cotés (SIIC) sont des sociétés qui acquièrent des actifs immobiliers à la manière d’une Société Civile de Placement en Immobilier (SCPI). Elles sont encore plus liées à l’activité économique puisque cotées en bourse.  

Commes les SCPI, elles sont diversifiées sectoriellement (commerces, bureau, industrie, santé, résidences de service…) et géographiquement. Elles ont recours à l’endettement et disposent d’une transparence fiscale. Les taux de crédit étant bas, la période fut propice aux gérants qui se sont beaucoup endettées pour acquérir des actifs immobilier au rendement important. Le gap entre le rendement des loyers (venant d’entreprises) et le coût du crédit est très favorable sur cette période.  C’est tout de même une chose à regarder dans une période où l’économie est impactée et où de nombreuses questions se posent.

Elles partagent également les mêmes indicateurs que les SCPI :  le Taux d’Occupation Financier (TOF) et la gestion du parc immobilier sont à étudier avant de se décider. C’est un placement hybride puisque les sociétés sur lesquelles vous investissez sont liées aux biens immobilier qu’elles acquièrent et à leur gestion. 

La comparaison s’arrête là. En effet, la volatilité ainsi que les gains potentiels sont largement supérieurs. Les foncières étant des sociétés cotées en bourse, le risque de perte en capital est donc plus important. Elles ont également plus recours, dans la pratique à l’endettement. 

Quid de l’après crise sanitaire ?  Les titres ont dévissés depuis le début de l’année. Certains sont bien sous-cotées. Il est intéressant d’y jeter un oeil. Evidemment, nous ne connaîtrons l’étendu des dégâts qu’après la fin confinement (bien après)… Il faut également regarder du côté des locataires. Cette crise va certainement fragiliser certaines entreprises ou secteurs d’activité. Espérons que la proportion ne soit pas si importante…

Ces dernières 10 ou 15 années, les foncières cotées ont même eu un rendement supérieur aux actions !

Les foncières cotées peuvent être placées dans un compte-titres ordinaire. Il y a une possibilité de placer sur un Plan d’Epargne en Action (PEA) dans le cadre d’un ETF

Un article va être prochainement publié sur le site concernant ce thème. N’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour le recevoir sur votre boîte mail. 

 TRI 10 ans : 12 %

 TRI 15 ans : 11,8 %

Rendement entre 3 et  12 % environ

L'or

Rendement

Volatilité

Liquidité

L’or peut être investi sous plusieurs formes. L’or physique est matérialisé par des lingots, lingotins ou des napoléons. Il peut également être investi dématérialisé, en investissant sur son cours (OPCVMETF) ou par des produits dérivés. C’est ce que l’on appelle l’or papier. Il est enfin possible de placer son argent directement dans des mines d’or. Je ne souhaite pas recommander cette forme d’investissement très volatile voire incertaine. Vous trouverez des informations plus détaillés dans notre article sur le sujet. 

L’or est avant tout un actif de diversification. Il est d’ailleurs utile en cas de récession…  Pendant longtemps, on a pensé l’or comme une valeur refuge prenant peu de valeur mais tout de même rassurante. L’or a depuis 2005  semble-t-il changé de « catégorie ». D’un investissement qui permettait de singulièrement se protéger de la volatilité des marchés financiers, l’or est dorénavant un placement beaucoup plus fluctuant et potentiellement plus rentable. Pour s’en persuader, il suffit de regarder sa courbe tout à fait surprenante depuis une quinzaine d’années.  

L’or ne procure pas de dividendes et ne génère pas de loyers. Souvent comparé à des placements immobiliers ou financiers, l’or ne compte que sur sa valorisation. Etant donné son caractère tangible, sa capacité à se proposer en matière pour être façonné par des bijoux, il faut se poser la question de l’offre d’ici 20 ans… 

La fiscalité est encore une fois, une chose importante à vérifier. Elle peut prendre plusieurs formes : dans le cadre de fonds d’investissement, elle est considérée comme une valeur mobilière. L’or peut aussi être logé sur une assurance vie. Enfin, l’or physique a également sa propre ossature fiscale.

Il y a bien plus à dire sur ce sujet. Un article sur l’or dans ses différentes formes sera bientôt sur le site. Inscrivez-vous à la newsletter afin d’en bénéficier sur votre boîte mail. 

TRI 10 ans : 5,4 %

TRI 15 ans : 8 %

Rendement entre 2 et 6 % environ

Bois et forêts

Rentabilité

Volatilité

Liquidité

L’investissement dans les bois et les forêts en direct ou à travers des Groupements Fonciers Forestiers (GFF) permet d’acquérir une partie ou la totalité d’un massif forestier. Cet “actif vert” qui a une tendance haussière ainsi qu’une absorption de la valeur à l’IFI (à hauteur de 75 %). Il est évident que l’investissement dans cette typologie ne doit pas être votre socle d’investissement primaire. Ce placement est très peu liquide. Au-delà de ce risque de liquidité, il est corrélé aux aléas météorologiques, aux champignons et autres bactéries que peut subir le bois…

C’est une valeur refuge. En des temps où l’Homme a tendance à commencer son introspection, le bois est un investissement vert qui devrait prendre de la valeur et dont la fiscalité est pour une fois plus préservée. Elle est même largement diminuée. Cela en fait un attrait supplémentaire. 

Indice d’évolution en valeur courante du prix moyen annuel des forêts non bâties

 

Rendement entre 1 et 3 % environ

Groupement foncier viticole

Comme pour l’or, il existe une multitude de formes pour investir dans le vin. Vous pouvez évidemment  acquérir des bouteilles (anciennes ou primeurs), investir dans des fonds ou indices et enfin dans des groupements fonciers viticoles… C’est donc une notion large et variée.  

Dans le cadre d’une diversification patrimoniale, investir dans des vins ou des Groupements Fonciers Viticole (GFV) peut être dans certains cas intéressants. Investir dans un actif que l’on apprécie et que l’on peut même déguster (évidemment dans certains cas) peut s’avérer être appréciable. 

Il faut également bien regarder sur quoi on investit. Des pertes d’argent ou des escroqueries n’ont pas été rares dans ce domaine très prisé. 

Nous ferons un article détaillé sur cette possibilité très bientôt…

N’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour le recevoir sur votre boite mail. 

Rendement entre 1 et 5 % environ

Les livrets d'épargne réglementés

Rendement

Volatilité

Liquidité

Des livrets réglementés, le plus connu est le livret A (ou bleu). Il s’agit du livret le plus souple, la liquidité y est totale. 

En 2020, son rendement est de 0,5 %. Un livret A, tout comme le LDD solidaire sert avant tout à garder des liquidités en cas de besoin. C’est de l’épargne de précaution mais rémunéré (très faiblement). Celui-ci est maintenant plus faible que l’inflation en 2019. Il reste cependant meilleur qu’un compte épargne. Même si celui-ci est plafonné… 

Il existe également le PEL. Ouvrir un PEL n’a plus aucun intérêt. Seuls les anciens PEL peuvent avoir une petite légitimité. Vous trouverez plus d’éléments dans l’article sur le sujet. 

Pas de véritable intérêt à calculer un TRI puisque les facteurs économiques ont énormément évolués. Il me semble qu’un rendement du livret A à un taux relativement plus élevé me semble compromis dans un avenir proche. Je vous l’indique tout de même. 

 

TRI 10 ans : 1,4 %

TRI : 1, 8 % %

Rendement de 0,5 % 

Le fonds en euro

Rendement

Volatilité

Liquidité

Le fonds euro est un placement qui a lui aussi bien baissé. Je vous laisse prendre connaissance de cet article concernant les causes de ce changement qui, souvent à mauvais escient, est appelé rendement de l’assurance vie. 

Il est clair que cette exclusivité française a subi ces dernières années la baisse des taux. Il est dans le collimateur des banques et ses beaux jours sont visiblement derrière lui… 

Les règles liées au risque, “propriété” de facto aux banques concernant le fonds en euro, a engendré une certaine friabilité. En effet, dans cette période étonnante de taux bas, voire négatifs (OAT de certains pays), les règles de bons sens ont été outrepassées. Un nombre important de risques structurels s’en sont suivis. Il devrait y avoir de plus en plus de règles ou d’usages notamment pour les banques afin d’annihiler peu à peu ces fonctionnements anciens qu’elles considèrent inadaptées. N’hésitez en aucun cas à nous solliciter pour être conseiller. C’est un vrai sujet. 

Il existe différentes solutions et notamment les fonds euros “nouvelle génération”

Le taux moyen d’un fonds euro général pour l’année 2019 est de moins de 1,4 % alors que certains fonds en euro “nouvelle génération” dépassent ou titillent les 2,5 % voire les 3 %. Tout dépend de la typologie d’actifs. 

TRI 10 ans : 2,6 %

TRI 15 ans : 1,8 % 

Rendement entre 1 et 3 % environ

L'immobilier

Rendement

Volatilité

Liquidité

L’immobilier peut prendre bien des formes et des usages hétéroclites. On a tendance à distinguer l’immobilier en France par nature impénétrable et au-dessus des aléas économiques. Cela n’est évidemment pas exact. On parle souvent d’exception française mais si une bulle immobilière ne s’est jamais révélée, c’est bien par rapport à une configuration économique particulière.  

La demande de logement en France est supérieure à l’offre et il existe dans le parc immobilier une partie assez ancienne et donc à rénover. 

L’autre aspect que l’on ne met pas forcément en avant est la caractéristique de l’immobilier dans l’économie française. Dans une économie globalisée, avec un Etat fédéré par une union Européenne, ne disposant plus de sa monnaie, ni de sa banque centrale, l’un des plus gros secteurs sur lequel l’Etat a encore du pouvoir est l’immobilier. Par ses lois, elle stimule ou canalise le marché. Ce pan de l’économie représente une part assez importante du PIB. Il est donc logique que ce secteur soit stimulé par certaines lois. 

Logement Paris

TRI 10 ans : 6,2 %

TRI 15 ans : 9 %

Logement France

TRI 10 ans : 4,9 %

TRI 15 ans : 8,6 %

Rendement entre 2 et 15 % environ

Les résidences de service (location meublée)

Rendement

Volatilité

Liquidité

La location meublée notamment dans les résidences de service est de plus en plus utilisée afin d’investir dans l’immobilier. La délégation de gestion, la fiscalité en tant que Bénéfice Industrielle et Commerciale et bien entendu le bail commercial en sont les principaux atouts.  

En cette année 2020, le risque principal reste le prix de l’immobilier qui peut bien entendu vaciller. Ce pourra provoquer également des opportunités…

Dans cet investissement, la pierre angulaire reste la gestion de la résidence. 

Quid également de l’après COVID 19 ? 

L’activité économique est basée sur forme d'”hostellerie”. L’activité des résidences de tourisme et affaire vont malheureusement subir frontalement cette triste période. D’autres activités sont également au coeur de préoccupations plus tragiques : les résidences senior et les EHPAD pourraient également subir la crise sanitaire. Les résidences étudiantes seront en revanche moins touchées en cette période.

Attention donc à la fragilité d’un secteur qui a déjà souffert de la concurrence de l’économie collaborative (airbnb)…

Il risque, comme pour les SCPI d’y avoir des variations de prix à la sortie du confinement, voire des acteurs en difficulté… Affaire à suivre…

Rendement entre 2 et 15 % environ

Les bureaux

Rendement

Volatilité

Liquidité

Les bureaux en France sont un actif pouvant avoir un intérêt fort attractif et rentable. Il y a une forte demande pour ce type d’actifs. Le rendement est souvent plus important que sur l’immobilier d’habitation. La configuration est différente et ne répond pas aux attentes ou au plafonnement que peuvent subir potentiellement l’immobilier des particuliers. Il y a également, pour le moment une certaine attractivité économique de la France qui booste ce type d’actifs.

Le ticket d’entrée n’est pas à la portée de tout le monde car souvent au-dessus de 400 000 €. C’est pourquoi, il est possible de trouver ce type d’immobilier dans beaucoup de véhicules d’investissement tels que dans les SCPI ou des OPCI. L’investissement étant mutualisé, le versement initial peut être minimisé. On le retrouve également dans des fonds d’investissement professionnels spécialisés (FPS). Du fait d’une demande relativement importante pour les raisons évoquées précédemment, les prix s’en trouvent augmentés. Généralement, dans les grosses villes où la tension locative est importante, il y a peu de vacances locatives. 

Il y aura également sur ce sujet des articles à paraître sur le site.  

TRI 10 ans : 4,6  %

TRI 15 ans : 9,4 %

Rendement entre 2 et 8 % environ

Les SICAV monétaires

Rendement

Volatilité

Liquidité

Une SICAV monétaire est une société d’investissement à capital variable qui va investir dans des titres de créances négociables (TCN), de bons du trésor et d’obligations à court terme.

Il y a l’idée de sécurisation par l’actif en lui-même et sa durée de vie. En effet, plus une duration est courte, plus celle-ci minimisera le risque.

En rasison de la baisse des taux directeurs, ces fonds ne sont plus intéressants. Cette longue période de taux bas a complètement, créé un désintérêt pour cela.  

TRI 10 ans : 0,4  %

TRI 15 ans : 1,8 %

Rendement autour de 0 voire négatif

Les obligations

Rendement

Volatilité

Liquidité

Une obligation est un titre de créance. Un émetteur s’engage à rembourser à l’échéance et à servir au porteur un intérêt annuel. Ce dernier est totalement indépendant de ses résultats puisque le rendement est fixé et corrélé aux risques. L’émetteur peut être une entreprise où un état. Une obligation est ainsi classée selon ces critères, de telle sorte qu’une obligation (tout comme une action) garde une typologie dont l’investissement est presque opposé en terme de placement. 

Investir dans un Etat solide économiquement ou une petite entreprise tout juste connue régionalement dans un secteur d’activité restreint n’est évidemment pas la même chose. Il existe d’ailleurs une classification de la dette suivant son risque.  Le high yield signifie haut rendement alors que l’investment grade correspond aux obligations dont l’émmeteur est le mieux noté. Le principe étant le même, L’investissement n’a de semblable que le nom et la structure.   

Les états les plus sûr disposent de taux d’emprunt très faibles. Il n’y a guère d’intérêt à se porter sur ce type d’investissement dont le rendement est inférieur à l’inflation. Nous n’allons pas résumer les obligations dans cet article mais l’une des notions importantes est la durée (duration).  

Il est possible d’investir dans des OPCVM pour accéder à cette classe d’actifs. Les taux directeurs ont diminué. On retrouve cette structure obligataire également dans les produits structurés et même dans certaines formes de crowdfunding. 

TRI 10 ans : 3 %

TRI 15 ans : 3 %

Rendement entre 0 et 12 % environ

Les PME ETI - actifs non cotés

Rendement

Volatilité

Liquidité

Les PME non cotées sont un investissement permettant une diversification intéressante. Elles génèrent un rendement potentiellement très important. Il est coutume de proférer une diversification dans la bonne gestion du patrimoine. Généralement, investir dans une PME nécessite d’avoir un cahier des charges adapté et une connaissance accrue du secteur d’activité et de l’entreprise en question. 

Investir sur une, voire plusieurs sociétés non cotées en bourse, permet donc de générer un rendement potentiellement plus important. Cela est dû au stade de développement de la société, sa visibilité…  Les sociétés non cotées n’ont par définition pas la même taille ni la même visibilité. Investir dans une société non cotée, c’est la possibilité de perdre également votre mise. Il faut avoir conscience que ce type d’investissement est très risqué. En contrepartie, la rentabilité peut être au rendez-vous. 

Il existe également des fonds de sociétés non cotés tel des Fonds Communs de Placements à Risque (FCPR : FIP et FCPI). 

C’est une très bonne façon de diversifier. Il faut être très sérieux sur le cahier des charges employé pour le choix de ou des sociétés. Je mets tout de même un TRI sur 10 ans pour indication.

TRI 10 ans : 9,7 %

Rendement très variable pouvant être supérieur à 10 %

CONCLUSION

Que vous investissiez en 1990, 2000, 2010 votre Taux de Rendement Interne (TRI), la volatilité d’un actif et le rendement ne sont évidemment pas les mêmes. Votre choix de placement dépend évidemment de votre objectif mais également de la période ou du moment à laquelle vous investissez. 

Il est également évident que si vous n’arbitrez pas et laissez vos actifs pendant 40 ans, cette volatilité va être lissée. En règle générale, le risque rémunère davantage. 

Evidemment, bien des inconnues subsistent en cette période particulière.

Avec la crise liée au Covid 19, beaucoup de choses vont changer. Il est compliqué voire impossible de déterminer l’importance de ces changements et de l’impact qu’elle a eu sur nos économies. Il est juste possible de savoir quelles ont été les baisses subies aux actifs cotés, aux métaux, au pétrole.   

Concernant le reste et notamment l’immobilier ou des sociétés non cotées,  il va falloir attendre. Plus la période de confinement va être longue (l’article a été écrit en Avril 2020), plus les incidences sur l’économie française et mondiale va être chamboulée. 

 

Cet article n’est évidemment pas exhaustif et liste rapidement des classes d’actifs avec lesquels nous travaillons régulièrement. Il est important de partir d’un bilan patrimonial pour mieux appréhender les possibilités . 

Pour connaître quels sont les placements adaptés à vous, n‘hésitez pas à nous suivre pour bénéficier de nos articles les plus récents. 

Pour nous contacter

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!