Quelles sont les différences entre l’assurance vie et le PER (Plan d’Epargne Retraite)

Depuis la loi PACTE, il existe une nouvelle solution d’épargne pour gérer ses actifs et préparer sa retraite. En effet, le Plan d’Epargne Retraite (PER) est venu s’ajouter à l’assurance vie et remplacer les solutions multiples créées antérieurement. Il s’inscrit dans un processus de continuité. S’il existe des similitudes entre les deux enveloppes fiscales et notamment dans l’objectif de capitaliser, en vue d’une plus-value ou une rente, il existe toutefois bien des singularités à connaître. Si les deux peuvent être consacrés à la retraite, nous évoquons dans cette article les différences existantes entre l’assurance vie et le PER.

Différence entre l’assurance vie et le Plan d’Epargne Retraite (PER) ?

Depuis sa mise en application en 2019, le Plan d’Epargne Retraite (PER) est un outil de complémentarité de l’assurance vie destiné à se créer un capital en vue de la retraite. Nous en avons expliqué plusieurs fois sur ce site le caractère intéressant et les contraintes. Il permet surtout de pouvoir générer une rente ou de maximiser un capital à utiliser au moment voulu.

Il est le fruit d’une réorganisation du système de retraite par capitalisation. En effet, celui-ci  permet de concentrer les solutions déjà en application en un seul “plan”. Son utilisation permet de ce fait de créer des passerelles efficientes vers lui, pour une utilisation plus modulable. 

L’assurance vie est quant à elle une solution que l’on ne peut pas ignorer. Elle fait partie intégrante des outils habituels pour gérer le patrimoine financier des investisseurs et permet d’établir une allocation personnalisée, en tout cas, lorsque le contrat le permet. Elle a cette utilisation double dont Il faut bien distinguer la nature assurentielle pendant la vie de l’assuré et le transfert de capitaux à son décès vers les bénéficiaires. la fiscalité en sera, concernant le transfert de capitaux “avantageuse”, c’est à dire, pour une partie, hors des droits de succession. 

Pour avoir des informations plus poussées sur ces deux solutions : 

Ces articles pourraient également vous intéresser : 

Présentation de l’assurance vie et du PER

L’assurance vie

C’est l’enveloppe fiscale phare. Elle permet de placer son argent sur des Unités de compte très variées (UC) et un ou parfois plusieurs fonds en euros afin de sécuriser au maximum son argent. C’est une assurance en cas de vie car vous pouvez récupérer votre argent à n’importe quel moment et placer sur des solutions rémunératrices et adaptées. Si le cadre fiscale et réglementaire est unique, Il en existe de qualités diverses : à architecture fermée (possibilités restreintes) ou plus ou moins ouvertes. Cela correspond à la capacité à allouer les fonds à un choix plus ou moins vaste de possibilités. 

Comme nous l’évoquions, c’est un excellent outil pour organiser sa succession (lire : le démembrement de l’assurance vie).

Plan d’Epargne Retraite (PER)

Le PER a des similitudes plus ou moins importantes avec l’assurance vie. Celui-ci permet en effet comme nous l’écrivions en introduction, de récupérer son capital où de percevoir une rente. A la différence de l’assurance vie qui permet normalement de pouvoir récupérer ses fonds à n’importe quel moment, le PER est beaucoup plus restrictif et légitimé par l’effectivité de la retraite.

Si l’on pousse un peu la comparaison, quelles sont les différences entre l’assurance vie et le Plan d’épargne Retraite ?

La Structure

Contrairement à l’assurance vie qui malgré son architecture pouvant être très variable (et la qualité de l’allocation potentielle) dispose de règles très homogènes (exceptions faites du contrat de capitalisation). 

Le PER a des aspects  assez hétérogènes voire divergents. En effet, qu’ils soient distribués par une assurance ou par une banque, il va y avoir de réelles différences. Vous pouvez lire notre article sur le sujet : différences entre PER assurance et PER compte-titres. 

On peut citer des variables importantes : les frais, la possibilité d’utiliser un fonds en euros, celle de nommer des bénéficiaires ou même au sujet de l’allocation… Il y a évidemment des éléments qui restent les mêmes. La fiscalité, son objectif et globalement son fonctionnement restent identiques.

Différences synthétiques entre PER assurantiel et bancaire

PER compte-titres

Il s’apparente comme son nom l’indique à un compte-titres, il n’y a donc pas de fonds en euros. Les frais sont moins élevés que sur le PER distribué par les assurances. Ceux-ci doivent sont variables en fonction du contrat. 

PER assurance 

Ce PER fonctionne dans sa gestion comme une assurance vie. Il existe donc la possibilité d’investir sur des fonds en euros (plus qualitatifs que sur les assurances vie) ou de désigner des bénéficiaires.

L’assurance vie 

Cela étant dit, l’assurance vie peut être également considérée par différentes enveloppes fiscales qui s’apparente à lui : le contrat de capitalisation ou le contrat Luxembourgeois. Hormis quelques nuances, ces enveloppes fiscales partagent les mêmes objectifs principaux et la même fiscalité que le contrat d’assurance vie.

La stratégie

Même si les deux solutions ont des similitudes importantes. L’approche est complémentaire.

L’assurance vie procure la possibilité d’investir sur un portefeuille d’actifs éligibles et de les revendre en temps voulu (la plus-value étant fiscalisée) tandis que le Plan d’Epargne Retraite PER est une enveloppe dont les libertés d’accéder à cette épargne se font essentiellement à l’échéance de la retraite (il en existe d’autres que nous voyons après).

Cette durée généralement plus longue d’illiquidité des fonds permet finalement de prendre plus de risque. La volatilité des valeurs mobilières (actions…) étant lissée dans le temps…

Pour le Plan d’épargne Retraite – PER

Il faut qu’il vous soit proposé obligatoirement une gestion pilotée dont l’allocation sera fonction du profil de risque du client ainsi que de la durée entre l’investissement et le passage effectif à la retraite. Il s’agit ici d’une gestion discrétionnaire s’adaptant à la durée potentielle avant la retraite.

Plus l’échéance approche, plus la partie en Unités de Compte (OPCVM en actions, obligations, immobilier…) diminue. Ainsi, on sécurise les gains antérieurs. Plus l’échéance approche, plus le risque pris est diminué. C’est une logique loin d’être nouvelle puisque utilisée sur les PERP, par exemple…

Il existe 3 formes de profils de risque : 

  • prudent
  • équilibré
  • dynamique

Ceci existe également en assurance vie.

Par ailleurs, vous avez également la possibilité d’accéder à une gestion libre (sous option), qui nécessite un nombre important de fonds potentiellement accessibles. Vous pouvez constater le nombre de fonds proposés sur les différents PER sur notre tableau comparatif. 

 Liquidité

Capacité à récupérer votre capital placé

Pour les PER,

Comme évoqué ci-dessus, il est possible de casser le plan dans différents cas :

  • à l’échéance, dans le cadre habituel pour lequel le plan est censé être établi : la retraite. 
  • Lors de l’acquisition de sa résidence principale (sauf dans le cadre des versements obligatoires). C’est la nouveauté de ce PER qui le rend d’ailleurs plus attractif. La fiscalité dans ces cas là sera plus importante. Les intérêts seront soumis au Prélèvements Forfaitaires Uniques – PFU (30 %, PS inclus).

Il y a également la possibilité de “récupérer” ses fonds dans le cadre suivant (déblocage anticipé)

  • en cas d’invalidité du titulaire. Cette clause s’acte aussi également lorsque ses enfants, son époux ou épouse ou son partenaire de Pacs est invalide,
  • lors du décès de l’époux ou l’épouse ou du partenaire de Pacs,
  • de l’expiration des droits aux allocations chômage ou lors d’une cessation d’activité non salariée ( en liquidation judiciaire),
  • lorsque le surendettement est qualifié.

Vous pouvez retrouver ces raisons sur le site du service public.

Pour l’assurance vie,

En assurance vie, vous pouvez récupérer votre argent à n’importe quel moment ! Il peut y a parfois des dispositions spéciales suivant la typologie d’actifs.

Le cadre d’une assurance vie est comparativement plus libre puisque, la liquidité de cette enveloppe fait partie de son usage. Ainsi, vous pouvez faire des rachats à tout moment. (informations sur cette page).

La déduction fiscale

Contrairement à l’assurance vie, le Plan d’épargne Retraite permet de déduire les primes versées. Vous en avez en tous les cas la possibilité. Cela signifie que vous pourrez diminuer votre IRPP (Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques).

Les primes versés (versements) vont donc venir en déduction de vos revenus déclarés. Mathématiquement , la réduction se fera en fonction de votre Tranche Marginale d’imposition (TMI). Plus cette dernière est importante, plus proportionnellement, votre diminution d’impôt sur le revenu sera forcément intéressante.

La déductibilité sur les PER n’est pas obligatoire. Suivant votre choix de déclarer la déductibilité ou non, il y aura une compensation fiscale à la sortie. Il y a donc une véritable modulabilité que vous pouvez retrouvez dans le tableau ci-après. 

Vous pourrez trouver la fiscalité et le fonctionnement des différents compartiments du plan d’épargne retraite sur nos articles.

  • PERIN – PER individuel,

  • PERECO – PER d’entreprise collectif,

  • PERO – PER d’entreprise obligatoire.

Exemple

  • Vous versez 7 000 € annuellement sur votre Plan d’Epargne Retraite,
  • vous déclarez 90 000 € de revenu global, vous pourrez donc diminuer ce montant de 7 000 €, en respectant le plafonnement. 

Dans ce cadre, votre réduction fiscale sera diminuée de 2 100 € pour une Tranche Marginale de 30 %.

L’allocation d’actifs

Pour l’assurance vie, 

Nous l’évoquions en début de texte, Il existe plusieurs types d’assurances vie. Certaines sont distribuées par les banques d’enseignes et disposent d’une architecture souvent assez fermée. En revanche, d’autres distribués par des cabinets de gestion de fortune, de patrimoine ou des grandes banques privées sont à architecture ouverte. 

Les contrats y sont plus qualitatifs et permettent de pouvoir investir dans des actifs plus nombreux, gérées par sociétés de gestion indépendantes ou appartenant à d’autres banques et potentiellement plus qualitatives. Cela peut avoir de l’importance. Vous pouvez disposer d’une gestion dans vos OPCVM ou SCPI plus large et donc plus qualitative sur du long terme. 

De manière plus global, dans l’assurance vie, il va être possible d’accéder à :

  • Un ou plusieurs fonds en euros et
  • fonds en euros nouvelle génération,
  • fonds euro-croissance, 
  • des OPCVM, 
  • des produits structurés, 
  • des SCPI, OPCI, SCI…

Pour le PER, 

Quant au PER, il existe des différences notables entre ceux distribués par les banques (ou instituts financiers) et ceux commercialisés par les assureurs. Comme évoqué, nous avons écrit un article sur le sujet. Vous le retrouverez ici. En voici toutefois la teneur de manière synthétique :

Obligation de proposer au moins un fonds solidaire. C’était le cas déjà depuis la loi Fabius sur les PERCO ou par la suite sur les PEE…

En termes d’allocation, les fonds en euros vont se retrouver simplement dans les PER assurance. A noter que les fonds en euros comparables sont souvent plus rémunérateurs dans le cadre du PER (par rapport à l’assurance vie). C’est logique, la liquidité étant moins forte et également plus maitrisable dans les projection, les assureurs peuvent prendre plus de risque dans leur fonds en euros et allouer une plus grande partie vers des actifs plus rémunérateurs. 

Rappelons que le “risque” du fonds en euros est porté par l’assureur et non par l’assuré.

Même si on trouve sur le marché du PER d’assurance une une architecture bien ouverte, vous pourrez accéder plus facilement à des solutions plus vastes : des produits structurés ou même de l’immobilier à travers des SCPI, SCI, SCP… 

A allocations potentiellement identiques, je conseillerais de prendre plus de risque sur le PER. La raison en est simple. L’assurance vie permet de pouvoir récupérer vos liquidités. Ce n’est pas le cas sauf dans le cadre de déblocages anticipés.  

Comme vous ne pouvez pas récupérer votre capital sur le PER, autant que cela puisse permettre de maximiser le risque. Cela devrait potentiellement générer un rendement plus important.

A la sortie

Le Plan d’épargne retraite, 

Il dispose de plusieurs possibilités de sorties en :

  • rente viagère, 
  • capital (dans le cadre fixé), 
  • rente, 
  • capital et en rente.

Selon la nature des versements, toutes “les sorties” ne sont pas autorisées.  

Je vous joins le tableau comparatif sur les sorties. Vous pourrez par ailleurs trouver plus d’indications sur les différents articles qui relatent du PER.

 Sortie en renteSortie en capital
Versements volontaires fiscalements déduitsPensions de retraite + Prélèvements Sociaux (partielles)barème progressif de l’impôt sur le revenu
Versements volontaires non déduitsRente viagère à titre onéreux barème progressif de l’impôt sur le revenu
Epargne salarialeRente viagère à titre onéreux pas d’impôt sur le revenu
Versement obligatoirepensions de retraite + Prélèvements sociaux pas de sortie en capital possible dans ce cas

L’assurance vie

  • rachat (capital et intérêts) partiels ou total,
  • rente viagère (réversible possible),
  • rachat programmé.

Vous retrouverez la fiscalité sur l’assurance vie sur notre guide de l’assurance vie, ici.

Fiscalité

Assurance vie

  • En rachat : total ou partiel : voir la fiscalité sur l’assurance vie
  • En rente : viagère à titre onéreux + Prélèvements Sociaux

En rente viagère, il n’y a qu’une fraction de la rente que qui est fiscalisé. Celle-ci dépend de l’âge de l’assuré :

  • moins de 50 ans : 70 %
  • entre 50 et 59 ans : 50 %
  • entre 60 et 69 ans : 40 %
  • à partir de 70 ans passé : 30 %

Plan d’Epargne Retraite – PER 

C’est l’une des nouveautés les plus importantes. Il y a cette possibilité de choisir, dans certains cas à l’échéance entre rente et sortie en capital. 

  • rachat : Prélèvement Forfaitaire Unique (30 %, prélèvements sociaux inclus)
  • rente : rente viagère à titre gratuit. 

Contrairement à l’assurance vie et sa rente viagère, la rente est fiscalisée selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Il y a également l’abattement de 10 % à appliquer avant cela (plafonné à 3812 €). 

Transmission de patrimoine 

Assurance vie 

L’assurance vie permet de transmettre un patrimoine à des bénéficiaires désignés et de ne plus subir les frais de la succession. Suivant l’âge de l’assuré lors des versements des primes, la fiscalité optimisée. 

  • Article 990 I

Abattement de 152 500 € par bénéficiaires nommés. Tout capital perçu par ces derniers sera fiscalisé selon le barème propre à l’assurance vie. Pour plus d’informations, vous retrouverez la fiscalité applicable sur cette page

  • Article 557 B

Abattement de 30 500 € pour tous les bénéficiaires désignés. La partie supérieur à l’abattement est soumis aux droits de succession. 

Plan d’Epargne Retraite PER

Tout va dépendre de la nature du PER. S’il est créé par un assureur, il bénéficiera des mêmes aptitudes que l’assurance vie. Si c’est un organisme financier qui le produit, cela va s’apparenter à un compte-tires. Dans ce cadre, les capitaux vont être admis au sein de la succession (droits de succession). Pour en savoir plus : différences entre un PER bancaire et PER assurentielle

Les frais

On voit des frais allégés concernant les PER d’investissement. Entre le PER assurantiel et l’assurance vie, cela va dépendre du type de contrat et de l’assureur. (plus d’informations : comment sélectionner son assurance vie ? ).

Notre avis et bilan

Le PER a été créé pour différentes raisons : 

  • mieux financer notre économie. La possibilité de pouvoir accéder à des actifs financiers tout en maximisant la durée d’investissement. Le fait de pouvoir accéder à une gestion pilotée renforce cette position. L’Etat espère mieux mobiliser l’épargne des Français dans l’économie réel.
  • La diversification des solutions retraite et homogénéisation des plans. 

Pour générer un afflux d’argent vers ce plan, il a été imaginé une sortie partielle ou totale en capital. Déjà, historiquement quand une possibilité de sortie restreinte en capital (20 %) sur le PERP avait été imaginé, il y eut une augmentation des souscriptions très importante. Le fait que le PER puisse aller dans ce sens (et même bien plus loin) incite les épargnants et investisseurs à aller vers cette possibilité.

Permettre aux épargnants de se servir de cette épargne pour la résidence principale est également logique et devrait augmenter également cette possibilité. 

A terme, cela pourrait faire évoluer l’assurance vie. Quid de sa capacité à transmettre in fine ? 

Il existe une complémentarité des deux contrats. Il n’y a pas d’oppositions entre les deux mais bien deux objectifs complémentaires à assouvir.

Inscrivez-vous à notre newsletter afin de bénéficier de nos articles et vidéos sur votre boîte mails. 

Contactez-nous pour vous faire accompagner dans vos projets ou avoir des informations complémentaires…

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :