Comment investir dans l’or ?

L’or est une classe d’actifs intéressante, notamment en raison d’une certaine décorrélation des activités économiques. En effet, il est connu pour garder sa valeur quand les autres actifs sont bousculés, ce qui en fait un investissement recommandé dans le cas de récession ou d’inflation. En d’autres termes, il est considéré comme une valeur refuge.

Concernant l’or physique, autrement dit l’or palpable, le fait qu’il soit également limité par une offre non pléthorique limite sa volatilité et le rend liquide. En d’autres termes, vous revendez l’or et récupérez rapidement votre argent. Il est depuis longtemps l’un des placements les plus investis en France après l’immobilier, les actifs financiers (actions-obligations) et autres dépôts sur des comptes bancaires.  Mais quelles sont les possibilités pour investir dans l’or en 2020 ?

1. Petit historique

L’or a toujours été une référence. Il matérialise la forme la plus représentative de la richesse. Avant le vingtième siècle, l’or faisait encore figure de monnaie. Il a également par ailleurs défini la valeur étalon (étalon or) concernant la parité de deux monnaies.

Après la crise de 29 et ses conséquences, l’or continue d’être le centre d’une attention historique et économique lors des accords de Bretton Woods jusqu’en 1971.

Il a par ailleurs connu une période de désintérêt dans les années 80-90 au contraire du paroxysme pour l’intérêt boursier. Depuis les années 2000, l’attention des investisseurs pour l’or a repris un cours certain. 

L’or sert maintenant de réserve pour les banques ainsi que d’actifs de diversification.

Vu avant tout comme une valeur refuge, surtout lorsque l’économie connait une instabilité, l’or est un placement à plusieurs visages qui a vu avec le temps ses caractéristiques financières bien évoluer.

2. Les différentes catégories de l’or en tant que placement 

Il est d’usage de classifier L’or en plusieurs catégories

l’or physique,

l’or papier ou titres indexés,

les fonds aurifères.

2.1 L’or physique

Il se compose des pièces, lingots, lingotins et plaquettes. Il existe en tout 24 produits physiques en or. Ils ont tous leurs propres cours. Ceux-ci doivent respecter un poids défini et un métal disposant d’un degré de pureté bien défini.

Généralement la valeur d’un lingot ou d’une pièce est définie par le poids de son or en gramme, sa pureté et une majoration appelé prime. Celle-ci varie notamment en fonction du poids, de la rareté ou de l’état concernant les pièces et des éléments que nous énumérons ci-dessous.

2.1.1 Le lingotin (ou lingot)

Un lingot d’or est une masse composée de cette matière. Il existe en exitse plusieurs tailles. Ce sont les produits physiques les plus proches de leurs cours. Plus le poids des lingotins est faible, plus le prix du gramme sera élevé.

Les lingotins existent en plusieurs “tailles” : 10g, 20 g, 100 g, 250 g, 500 g. Les lingots sont quant à eux de 1 kg.

Le volume d’un lingot n’est pas la seule différence. On peut trouver sur le marché deux types de façonnages : le coulage et le frappage.

La qualité de l’apparence ainsi que la valeur seront différentes. Les lingots “moulés” ou “coulés” sont plus proches de leur cours tandis que les lingots frappés sont « plus travaillés » et plus détaillés. Il s’agit d’un lingot “coupé” après le moulage. Ce type de lingot dispose d’une prime plus élevée*. Le prix pour le même poids est donc plus important. Les lingots frappés se vendent généralement dans leur emballage (blister). Sur le blister, il doit être indiqué le poids exact en or, son numéro d’identification et accompagné d’un certificat.

* la prime est la différence entre le prix de l’or et le prix effectif du lingot. 

Nous vous conseillons de ne pas vous focaliser sur les plus petits lingotins. En effet le prix au gramme d’or étant plus important, la prime n’en est que plus élevée. Pourtant, contrairement aux pièces, il n’y a pas de valeur ajoutée pour un lingot. Celui-ci n’est “que” de l’or coulé alors qu’une pièce se révèle aussi par sa rareté, la qualité de l'”usinage”…

Il existe également des tablettes d’or appelées combibar, composées de petits lingots fractionnables. Cela permet de ne pas tout vendre en une fois.

2.1.2 Les pièces d’or (origine, fabrication, pays d’origine)

Comparativement aux lingots, il existe encore plus d’éléments à regarder et de choix sur le marché lorsque l’on s’intéresse aux pièces en or.

Il existe deux types de pièces :

  • Des pièces d’investissement au cours légal qui constitue un moyen de paiement accepté lors de transactions. Elles sont considérées comme des biens mobiliers.
  • Des pièces de collection frappées avant 1801.  Source : BOI-RPPM-PVBMC-20-10-2012

En France, il existe une vingtaine de pièces d’or négociables dont la principale est le Napoléon.

Un Napoléon est une pièce d’or de 20 Francs (il existe aussi à 10 Francs). Il a été créé à partir de 1803 par le consul Bonaparte. Cette pièce d’or a pu être utilisée jusqu’à la première guerre mondiale.

D’autres pièces ont également un attrait indéniable. Les principales sont :

  • Krugerrand
  • Panda chinois
  • Eagle américain
  • Buffalo
  • Maple Leaf Canadienne
  • Britannia
  • Nugget Australien
  • Philharmonique de Vienne
  • Vreneli Suisse

Comme évoqué ci-dessus, deux catégories de pièces d’or peuvent être distinguées : les pièces d’investissement et les autres. Pour être considérées comme une pièce d’investissement, elles doivent avoir été frappées après 1800. De plus, la pureté de l’or contenu dans la pièce doit être supérieure ou égale à 900/1000 ème. Le cours légal ne doit pas excéder 80% de la valeur de l’or contenu. Pour ce type d’investissement, il n’y a d’ailleurs pas de TVA à devoir.

Attention à l’authenticité : il existe des contrefaçons. Une authentification doit être délivrée avec le produits physiques. Il faut donc faire très attention quant à leur provenance. Il est important de bien regarder les numéros de série, le poids, la provenance,  la conductivité voire la teneur.
Les pièces d’or ont une valeur égale à celle de leur métal, majorée d’une prime. Cette prime varie en fonction du modèle et des époques et de la qualité de la pièce et de la “loi” de l’offre et de la demande. C’est donc un phénomène de rareté qui interfère sur le prix. Il est intéressant de vérifier la variation maximale de la prime pour mesurer l’effet de levier que vous pourriez potentiellement en tirer.

L’idéal est d’acheter la pièce lorsque la prime est la plus basse et de la vendre lorsque celle-ci a le plus augmenté.

Pour que le prix soit optimisé, les pièces d’or ne doivent comporter aucune trace de de coups ou de rayures. L’idéal est de les acheter sous pochettes scellées. La pièce d’or se révèle donc en fonction de son état.

2.1.3 Les jetons

Les jetons sont des imitations de monnaie pour la plupart. Elles sont fiscalement considérées comme des bijoux et assimilés. Ce sont des pièces frappées mais qui n’ont pas de cours légal. Elles ne sont pas non plus un moyen de paiement.

2.1.4 Les bijoux

Les bijoux sont catégorisés fiscalement comme des bijoux et assimilés (CFBA). Il n’y a pas l’exigence légale que l’on retrouve via les pièces d’or. Contrairement aux pièces d’investissement, les bijoux sont assujettis à la TVA.

2.1.5 Pourquoi investir dans l’or physique ?

L’or physique est considéré pour diversifier un patrimoine en vertu de son caractère tangible. Même si son cours reflète de l’offre et de la demande, « il y a une décorrélation des marchés financiers dans la mesure où derrière l’or, il n’y a évidemment aucun résultat économique. Il n’y a également pas les risques que l’on retrouve habituellement dans les actifs financiers (titres vifs, OPCVM…).

L’or est donc une valeur refuge. Elle permet de surcroît de se « garder des périodes inflationnistes et déflationnistes. Elle a une valeur plus constante et peut dans certain cas agir comme couverture pour votre patrimoine. En d’autres termes, sa valeur peut augmenter quand les autres actifs traditionnels (actions…) diminuent.

2.2 L’or papier

Il y a plus d’or papier que d’or physique (beaucoup plus). Ce qui différencie l’or physique et l’or papier est le caractère palpable de la matière. L’or papier va désigner les contrats négociables en bourse. Par ailleurs, Il y a une réplication de l’or par le contrat. Cela veut dire que l’or physique ne garantit pas la totalité des actifs « or papier ». Le contrat est souvent loin d’être adossé en totalité à un sous-jacent physique. Votre placement n’est donc pas garanti en totalité avec de l’or “qui existe”. Cela peut s’avérer être un “jeu dangereux”. Il faut connaître les risques avant de se lancer. Il est important d’être bien accompagné dans ses placements. N’hésitez pas à nous solliciter.  

Enfin, Il existe des fonds aurifères. C’est également de l’or papier. La différence va être que votre argent est investi dans des sociétés minières.

Plusieurs possibilités existent pour investir dans “l’or papier” et nous allons les décrire dans la suite de cet article. 

Les banques et les intermédiaires se réfèrent aux cotations publiées par CPoR devises

2.2.1 Les trackers

Un tracker est un produit financier qui va répliquer la valeur d’un actif (suivre parfaitement), d’un portefeuille ou d’un indice. Dans le cadre de l’or, un tracker va donc suivre le cours du métal.

On trouve dans le marché de l’or, deux types de trackers : les ETF et les ETC.

Les ETF (Exchange traded funds)

Les ETF or physique permettent de répliquer un portefeuille d’actifs, notamment de sociétés minières ou des métaux. En d’autres termes, ils vont avoir (quasiment) la même valeur que l’actif dans laquelle elle investi. On trouve des ETF adossés à des stocks d’or. Ils n’ont pas de coupons distribués, ni de duration (durée d’investissement). Ils se comportent comme une obligation à zéro coupon. Ce sont en d’autres termes des fonds gérés de manière passive.

Ils se négocient en bourse de la même manière que les actions.

Par rapport à un ETC, un ETF est plus diversifié et est validé par la directive UCITS IV (réglementation européennes). Cela impose pour un ETF de ne pas avoir plus de 20 % de leurs actifs sur une seule valeur. Il existe la possibilité d’investir dans des métaux via des OPCVM.

Les cours de l’or sont cotés en continu.

Les ETC : Exchange Traded Commodities ou certificate

Ils répliquent le cours de l’or. L’usage des ETC est simple. Ils ne sont pas tous éligibles à l’assurance vie. un ETC a pour objectif de répliquer un cours, notamment une matière première. Il existe des ETC synthétique disposant d’une contrepartie ou avec une garantie en or physique. La première dispose d’un risque de contrepartie puisque c’est la banque qui érige l’ETC qui, “en face”, apporte la caution. D’autres ETC ont une garantie en or physique. Plus il y a de la demande pour ces derniers, plus cela influe sur le prix de l’or avec un fort risque spéculatif.

Contrairement à un ETF, vous ne pouvez trouver des ETC dans un PEA.

2.2.3 Les produits dérivés

Les produits dérivés sont des instruments financiers. De manière très synthétique, il s’agit d’un contrat établi entre un acheteur et un vendeur qui s’entendent sur une date d’acquisition et un prix du cours de l’or. Cela permet d’investir à des périodes favorables lorsque le cours augmente (voire à la baisse). Il en existe plusieurs : les warrants, les turbos ou encore les certificats d’investissement sur l’or. Ce sujet est spécifique. Nous verrons ça une autre fois. N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter afin de recevoir nos articles et conseils ! 

La possibilité d’investir dans l’or est aussi possible via des contrats “futures” (gold futures), des swap sur l’or et  leasing. Ces instruments financiers sont volatils et risqués puisque spéculatifs.

Pour acquérir ce type d’actifs, il suffit de passer des ordres comme cela pourrait être le cas pour des actions sur son compte-titres.

2.2.4 Les certificats

Les certificats sont des titres de créance offrant une exposition instantanée au cours de l’once d’Or (à la hausse comme à la baisse). La banque en d’autres termes vous doit de l’or, mais vous n’êtes propriétaire que de la valeur détenue.

Le certificat doit spécifier clairement votre nom et prénom ainsi que les numéros de série de vos lingots. C’est la garantie qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre vous et votre or.

Les certificats peuvent être éligibles à l’assurance vie ou sur un CTO (compte-titres ordinaire) mais pas sur un PEA.

Il y a des frais supplémentaires lorsque vous investissez dans des fonds.

2.2.5 Les crypto-gold

D’autres méthodes permettent également d’investir dans l’or. Il s’agit d’investir via une cryptodevise tel le Bitcoin Gold. Vous investissez via un algorithme comme dans toutes les cryptomonnaie. Nous ferons bientôt un article sur le sujet.

2.2.6 Les fonds aurifères

Il s’agit également de l’or papier mais l’objet de l’investissement n’est plus dirigé vers le cours de l’or mais sur les sociétés qui l’exploitent. Ce sont des SICAV ou des FCP (OPCVM) ou des ETF. Leurs actifs sont majoritairement investis dans des sociétés minières (extraction et prospection). On trouve parfois aussi des fonds plus diversifiés dans d’autres métaux précieux. Ici, le but n’est pas d’investir dans de l’or mais bien dans les entreprises qui ont un rôle dans l’extraction de l’or. Si l’on se penche sur ce type de fonds, on se rend compte du potentiel de revalorisation et de sa volatilité. La typologie n’est plus la même puisqu’il s’agit d’investir dans des actions avec les risques propres à cela. Même si l’or est le but, vous sortez du schéma qui pousse habituellement à investir dans ce métal. Vous investissez dans des sociétés avec ses prérogatives…

Pour nous, il existe à l’heure actuelle des entreprises plus saines, plus porteuses, moins risquées et moins polluantes. Clairement, nous n’y allons pas…
Car l’autre inconvénient est ce facteur important : c’est un secteur qui génère beaucoup de pollution, notamment dans les sols et les cours d’eau. En effet, le cyanure ou le mercure sont souvent utilisés dans le processus d’extraction de l’or de la roche. Cette recherche pour le métal précieux transforme ainsi véritablement le paysage, tant sur la faune que sur la flore.

Si l’activité peut s’avérer être potentiellement lucrative, il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un investissement dans une activité économique. Le risque n’est pas le même : une mine peut fermer. Il y a eu ces dernières années de gros progrès au niveau des outils concernant la prospection de ce métaux précieux. Cela a considérablement baissé le coût global d’extraction mais le stock d’or dans restant à extraire s’amenuise.

Ce qui rend également l’or volatil est qu’il est soumis aux aléas de toutes sociétés corrélées à ses performances. L’or est extrait dans des endroits du monde très instable politiquement.

2.2.7 Avantages et inconvénients de l’or papier

Avantage de l’or papier par rapport à l’or physique :

  • Liquidité
  • Facilité dans le stockage

Inconvénients :

  • Volatilité
  • Risque notamment pour les contrats gagés
  • la valeur de l’investissement n’est pas forcément garantie sur le stock d’or

Investir dans des mines d’or ne répond en rien à ce pourquoi en règle générale, on investit dans de l’or. Lorsque l’économie est chahutée, lorsque l’on est en récession, l’activité minière qui est régie par des activités économiques suit la même tendance. 

3. Les frais de l’or (autres que la fiscalité)

Evidemment, comme dans tout investissement, il existe des frais inhérents à ces placements.

Or physique

  • coûts de conservation : 1 à 2 %. Cela correspond aux frais de stockage,
  • frais d’expédition si courtage sur le net,
  • commissions applicables aux transactions,
  • frais de scellé.

Or papier

  • frais de gestion
  • frais du contrat (assurance vie)

La TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée)

Certains produits liés à l’or sont assujettis à la TVA quand certains ne le sont pas.

Les pièces à cours légal par exemple sont exemptes de TVA. En revanche, les pièces frappées avant 1800, considérées comme des pièces de collections sont assujetties à la TVA à hauteur de 20 %. C’est le cas également des bijoux et autres produits en or assimilés.

4. La fiscalité de l’or

4.1 L’impôt sur la plus-value

Je devrais plutôt parler des fiscalités puisqu’il en existent plusieurs. Cela est dû au référencement de la typologie de l’or ainsi qu’au choix de l’investisseur (personne physique). Il existe principalement deux fiscalités dans l’or physique.

Soit une imposition forfaitaire

La taxe forfaitaire sur l’or physique s’élève à 11,5 % (sur le montant de la vente).

Les pièces de collection ou des bijoux dont la date de création est antérieure à 1800 € sont taxables au taux de 6,5 % (concernant des ventes d’un montant supérieur à 5000 €). Pour les montants inférieurs à 5000 €, il n’y a pas d’imposition sur les plus-values.

Soit une imposition sur les régimes des plus-values

Lorsque l’or est classé comme bien mobilier,la plus-value sera soumise au taux de 19 % majoré des prélèvements sociaux, actuellement de 17,2 %. Cela représente tout de même 36,2 %  l’article 200 B du CGI.

Il vous est possible d’opter pour le régime de la plus-value sur cession de bien meublé. Il bénéficie d’un abattement de 5 % par année de détention au-delà de la seconde année. L’exonération est totale au bout de 22 ans. Il faut toutefois prouver votre acquisition par la facture d’achat, le numéro de série et le scellé. (pour les pièces et lingots).

4.2 L’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)

L’or est exclu de l’assiette taxable à l’Impôt sur le Fortune Immobilière (IFI)

5. Les droits de succession

L’or rentre dans l’actif successoral selon le droit commun.

6. Les facteurs d’évolution de l’or 

6.1 Les taux d’intérêt

L’or est inversement proportionnel au taux d’intérêt. C’est en tout cas ce qui se dit. Dans les faits, cela reste moins catégorique et il est aussi lié à d’autres éléments. Néanmoins, lorsque les taux augmentent, les capitaux sont généralement transférés sur les obligations(principalement d’Etat). Ceci a tendance à baisser la demande pour l’or et influencer sur le cours (surtout les obligations d’état américaines). L’attractivité de l’or a tendance à décroître lorsque les taux augmentent car l’or ne distribue pas de revenus (ou d’intérêts) diminuent. Ce n’est pas une règle systématique.

6.2 L’offre et la demande 

L’or, au-delà d’être une valeur refuge est également un produit qui s’échange, qui s’achète. Lorsque la demande augmente pour, par exemple des bijoux, le prix va augmenter. Dans un monde globalisé où l’or est mondialement recherché à des périodes cycliques, il y a donc des variations de sa valeur. C’est le cas de la demande pour les bijoux en Inde et en Chine ou ils sont très prisés dans certaines fêtes annuelles.

Lorsque les actions ont une attractivité, les investisseurs délaissent l’or.

Il est clair que l’or se situe dans des endroits où politiquement, il peut y avoir des risques. Cela peut impacter le cours.

La demande se composent des :

Banques centrales

Elles détiennent de fortes réserves. Même si pour les Etats, l’or n’a plus le même intérêt. Il y a pour les Etats une motivation d’en détenir. Cela s’est vérifié pour la Chine qui a augmenté son stock d’or ces dernières années.

Investisseurs

En fonction des aléas économiques, la demande mondiale varie et influence les cours de l’or.

Production de bijoux

Il y a une corrélation entre certaines périodes, notamment pour les périodes de fêtes (principalement en Chine et en Inde).

L’industrie

Il peut avoir également une influence par rapport à la demande de conducteurs.

6.3 Stress financier et politique

Comme l’or est une valeur refuge, il y a une augmentation du cours lorsqu’il y a une contraction de la confiance. En effet, des éventuelles crises géopolitiques ou encore des doutes électoraux engendrent de l’incertitude économique et donc un transfert de capitaux vers des valeurs refuges.

6.4 Le dollar 

Le cours du dollar a également une influence particulière. Le cours du dollar est le reflet de l’économie américaine. Lorsque le dollar s’apprécie, le cours de l’or diminue. Le cours est exprimé en dollars américain par once. Il est d’ailleurs référencé dans les fonds aurifères ou autres marchés dérivés. Il y a donc une exposition importante au dollar.

Attention également aux risques de change. Les dérivés peuvent être la solution à cela.

Conclusion 

L’or est un outil de diversification. Il agit en couverture et prend généralement de la valeur quand les autres actifs en perdent. C’est un actif qui n’a pas véritablement “d’utilité”, dans le sens où elles ne produisent pas.

Comme évoqué, il existe plusieurs formes, plusieurs stratégies pour y investir. La première idée qui en découle est tout de même que l’or est rassurant puisque valeur refuge.

Il faut tout de même considérer que l’or dévisse plus vite qu’il ne remonte. Nous recommandons d’investir entre 5 ou 10 % maximum dans le patrimoine (c’est déjà beaucoup !). Elle ne protège pas forcément de l’inflation.

L’or a tendance à se raréfier par rapport à une demande en progression. Cela a pour effet d’augmenter sa valeur. On parle d’un stock réserve d’une quinzaine d’années. Il est de plus en plus compliqué de trouver des gisements importants. Cela devrait mathématiquement faire augmenter le cours d’ici quelques années à un des valeurs étonnamment élevées. 

C’est donc un investissement en complément.

N’hésitez pas à nous solliciter afin de nous faire part de votre projet et de vous faire accompagner par notre équipe.

Pour nous contacter

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :