Les critères de choix pour une assurance vie

Les contrats d’assurance vie ont évolués et se sont adaptés à l’investisseur.

Il existe des contrats à architecture ouverte qui offrent de nombreuses solutions d’allocation d’actifs.  Cela a eu pour conséquence de pouvoir personnaliser la gestion et user de stratégies plus poussées.

A travers ce guide, je vous mets en exergue les points élémentaires afin de savoir comment bien choisir son assurance vie ? L’objectif est de souscrire à un contrat qui pourra vous accompagner sur du long terme.

Dans ce dédale important d’assureurs et de déclinaisons contractuelles, je vous donne une visibilité sur un certain nombre de possibilités les plus courantes.

Avant de commencer, petit rappel, deux points importants à retenir :

vous disposez de la totale liquidé de votre placement à n’importe quel moment

– le fonds euro n’est pas l’assurance vie mais juste une des nombreuses possibilités d’investissement.

L’assurance vie bénéficie d’une fiscalité toujours aussi avantageuse et optimisée au bout de 8 ans. Il faut déterminer un certain nombre d’éléments afin d’optimiser son contrat et faire en sorte que votre placement soit le meilleur possible. Voyons dans cet article ces éléments sur lesquels se baser afin de ne pas faire d’erreur.

Vous avez beau pouvoir récupérer vos liquidités à n’importe quel moment, l’optimisation de la fiscalité et le simple fait de générer une rentabilité prend souvent un certain temps.

Comment bien sélectionner un contrat d’assurance vie adapté à votre situation ?

Il faut avant tout déterminer votre « profil de risque » et vos  objectifs.

En finance, il est important de bien comprendre sa propre psychologie. Déterminer ce que l’on est prêt à accepter de perdre pour potentiellement bénéficier d’un gain.

Il existe dans ce type de contrat, différentes possibilités d’investissement (typologies d’actifs) sur lesquelles y investir votre argent.

On y distingue synthétiquement les fonds euro, l’immobilier et les produits financiers.

Chacune de ces typologies disposent d’un objectif de rendement et d’une volatilité potentielle, c’est-à-dire d’une hypothétique variation haussière voire baissière de la valeur des actifs  détenus.

Selon vos objectifs déterminés, votre horizon de placement, la conjoncture économique ainsi que, pourquoi pas vos convictions, votre allocation doit être déterminée de manière cohérente.

Bien déterminer votre « profil de risque » ou votre « profil investisseur » est donc indispensable avant de sélectionner votre contrat. Dans les lignes qui suivent nous allons nous concentrer sur les caractéristiques des contrats d’assurance vie à regarder.

1. L’architecture de votre contrat d’assurance vie

C’est tout simplement votre possibilité d’accéder à une diversification d’actifs (comme évoqué précédemment). En voici les plus courants :

1.1 Le financier : les Organisme de Placement Collectif de Valeurs Mobilières (OPCVM) et fonds structurés

L’assurance vie permet d’investir sur des actifs financiers sous forme d’organisme de placements collectifs de valeur mobilière (OPCVM).

Il s’agit de Fonds Communs de Placement (FCP) et les Société d’Investissement en Capital Variable (SICAV). La différence est statutaire. La première est un régime de copropriété tandis que la seconde est une société.

Pour simplifier, les OPCVM sont des portefeuilles d’actions, d’obligations ou d’instruments financiers. Ils sont gérés par des spécialistes dont le métier est principalement lié aux risques. Ils vont calculer la qualité rémunératrice d’actifs financiers.

Ces personnes investissent entre autres dans des actions, des obligations, des devises, des instruments financiers et font les arbitrages nécessaires pour que l’opération soit la plus rentable possible par rapport à l’objectif désigné.

Avoir la possibilité d’investir dans un large choix de fonds, c’est se donner des opportunités d’investir dans des OPCVM plus performants.

Rien n’est figé en finance. L’immobilisme n’existe pas. Un OPCVM moyen peut devenir très bon. Il faut être en capacité de faire des arbitrages cohérents et donc d’avoir une multitude de fonds référencés afin de ne pas perdre l’occasion de mieux performer.

Ce nombre de fonds important, il faut le voir comme des opportunités. Votre banque vous permet d’investir dans un nombre étriqué de fonds « maisons ». Un bon contrat de gestion privé sera en mesure de vous offrir un choix largement plus important et avec la possibilité de pouvoir travailler avec des sociétés indépendantes.

Là où un établissement bancaire vous permet d’accéder pratiquement qu’aux seuls fonds « maisons », un contrat haut de gamme vous permet d’accéder aux meilleurs sociétés de gestions et aux meilleurs gérants pour chaque classe d’actifs et chaque exposition géographique.

Il existe enfin des fonds structurés qui ont pour but de se servir de la durée pour protéger le capital et générer un rendement intéressant.

Exemple : Cela permet d’investir notamment sur une obligation corrélée à un indice ou une valeur. Lorsqu’à une date de constatation, la valeur du jour de votre indice surpasse la valeur initiale constatée, vous récupérez le capital ainsi que les coupons visés (rendement visé). Vous bénéficiez aussi d’une option de protection (dite barrière de protection) partielle ou totale du capital. Par essence, ces produits sont complexes.

Les bonnes assurances vie permettent des propositions plurielles. C’est idéal lorsque les marchés sont volatiles et sur des marchés qui peuvent potentiellement augmenter.

1.2 Comment bien choisir de l’immobilier dans l’assurance vie

L’assurance vie est un moyen d’investir facilement dans l’immobilier. En plus vous bénéficiez des avantages de l’assurance vie (fiscalité) sans les inconvénients de l’immobiliers (le gestion).

L’immobilier est proposé sous des déclinaisons plus ou moins volatiles.

Des SCPI aux foncières en passant par les OPCI, les SCI… Au cours du temps les solutions immobilières se sont adaptés à l’assurance vie.

Des Société Civiles de Placement en immobilier composé en quasi-totalité par de l’immobilier d’entreprise : bureaux, commerces, industrie, EHPAD…

Des OPCI, souvent plus adaptés à notre « niche fiscale » étudiée : la différence étant principalement la liquidité et la volatilité. En effet, il y a obligatoirement une poche de monétaire et une poche où le gestionnaire est totalement libre d’y investir ce qu’il veut. Cela lui permet de pouvoir vous rembourser si vous revendez vos parts.

Des SCI, qui ressemblent fortement aux SCPI en plus diversifiés typologiquement et plus liquides (mais plus volatiles) peuvent aussi être investis.

L’immobilier (hors immobilier coté) est vu comme un placement long terme en bon père de famille. Cela rémunère mieux que les fonds euro tout en étant faiblement risqué.

1.3 Les fonds euro 

Il s’agit d’un investissement normalement totalement garanti.

Souvent amalgamé à l’assurance vie elle-même, c’est un placement où le capital net est sécurisé. Vous disposez de l’effet cliquet des intérêts perçus : vous ne pouvez plus perdre ce qui a été versé sur le fonds euro. Les intérêts sont capitalisés.

Rien ne définit véritablement les actifs qui composent le fonds. Ils sont très souvent composés d’obligations d’état.

Comme les taux d’intérêts ont baissé,  nous assistons depuis quelques années à une diminution des rendements. Il y a un véritable enjeu à trouver des fonds qui rémunèrent mieux ou même, d’envisager d’autres placements où le risque est quasi équivalent à ces fameux fonds euro mais qui permettent de percevoir une rentabilité plus forte.

Pour trouver les mêmes atouts, vous pouvez investir sur des fonds euro nouvelle génération qui permettent de booster le rendement tout en gardant les propriétés du fonds euro.

Afin de mieux s’adapter aux clients (et pour que les assureurs essaient de se différencier) et à la conjoncture économique, des spécificités de souscription et/ou de retrait ont été créées à ces contrats d’assurance vie.

2. Comment bien choisir parmi les différents types de contrats d’assurance vie ? 

Il existe donc des contrats d’assurance vie qui se déclinent dans des diverses formes.

2.1 Les contrats avec des fonds euro nouvelle génération 

Le « fonds euro boosté ou fonds euro nouvelle génération » fleurissent actuellement dans certaines assurance vie. L’assureur a un véritable besoin de capter une clientèle déçue des fonds euro généraux et pouvoir lutter contre l’érosion des rendements.

Pour avoir une vision plus exacte des choses, il y a un pourcentage de votre allocation à investir en contrepartie obligatoirement sur des unités de comptes (OPCVM ou SCPI, OPCI…).

Nous pouvons principalement y distinguer les fonds boostés par de l’immobilier comme c’est le cas par exemple pour l’assurance vie SERENIPIERRE ou par des actifs financiers (fonds structurés ou poches actions) comme pour l’assurance vie TARGET +.

2.2 Les contrats d’assurance vie « tout internet » 

Il y a des assurances vie qui se gèrent dorénavant exclusivement par internet, jusqu’à  l’allocation.

Elles proposent un service moderne.

Il vous ait proposé d’investir totalement en ligne, soit une gestion pilotée, soit directement par une gestion totalement  passive, en vous faisant investir dans des trackers, ETF afin de diminuer le coût de gestion. Elles surfent sur l’objectif d’une diminution des coûts tout en ayant un rendement lissé plus structurel.

Elles sont souvent « gérées » par des robo advisors. En revanche, leurs algorithmes ne répondent pas à des choix de stock-picking, d’où parfois un manque de vision.

2.3 Les contrats d’assurance vie « Immobilier » 

De plus en plus de contrats vous permettent d’investir dans l’immobilier.

Vous pouvez parfois accéder à ces contrats en investissant la totalité de votre investissement sur des actifs immobiliers (notamment SCPI). Des règles plus favorables vous sont proposées.

Un vaste choix vous est proposé :

Des Sociétés Civiles de Placement en Immobilier (SCPI), les OPCI, les Sociétés Civiles d’Investissement (SCI), les SCP de SCPI.

Ces contrats sont destinés à des personnes ayant une aversion aux produits financiers ou souhaitant diversifier l’allocation.

Nous y trouvons une diversification juridique d’actifs immobiliers.

2.4 Les contrats d’assurance vie « optimisés fiscalement »

Ils permettent de faire des économies sur la fiscalité. Contrairement à la procédure normale, la participation aux bénéfices n’est pas distribuée les premières années.

Elle est mémorisée dans une autre poche. Au bout d’un certain nombre d’années défini, cette participation est finalement distribuée lorsque la fiscalité devient plus avantageuse. (au bout de 8 ans généralement).

L’avantage est de  pouvoir procéder à des rachats (récupérer votre argent) sans être pénalisé par la fiscalité. En effet, le rendement est distribué plus tardivement. Vos rachats ne portent essentiellement que sur votre capital investi.

3. Comment bien choisir parmi les frais des assurances vie ?

Il faut se l’avouer, les frais relatifs à l’investissement dans ces contrats diminuent la rentabilité net. A l’époque des taux bas, il est devenu nécessaire de comparer les coûts engendrés par la gestion du contrat pour optimiser le rendement.

Il faut toutefois avoir une vision globale et ne pas, évidemment se cantonner à annihiler le moindre coût au détriment des actifs rémunérateurs (qui sont tout de même souvent plus coûteux que les fonds euro, par exemple). 

Voici un florilège des frais que l’on observe régulièrement.

3.1 Les droits d’entrée ou de versements complémentaires ou programmés

Cela peut avoir son importance. Surtout lorsque les rendements sont plus faibles.

Ces frais servent à payer l’assureur et le gérant ou votre cher conseiller en gestion de patrimoine. Il existe parfois des impondérables en dessous-desquels les frais ne peuvent être  annihilés.

Ils sont ponctionnés lors des versements. La somme investie est donc diminuée de ces frais.

Parfois, en plus des fonds euro ou unités de compte traditionnels, des frais vont être majorés, notamment pour certains investissements immobiliers : SCI (Société Civile Immobilière), SCPI (Société Civile de Placement en Immobilier), SCP de SCPI ou encore OPCI (Organisme de Placement Collectif de Valeur Mobilière). On le trouve dans les annexes et dans les conditions générales du contrat.

Remarque : Les frais affichés dans les conditions générales sont rarement es frais appliqués par votre conseiller. Un contrat peut afficher 4,5% de frais sur versement et votre conseiller vous les baisser à 1%, 0,5% et parfois même 0%. Discutez-en avec lui, ce serait dommage de ne pas sélectionner un bon contrat à cause des frais alors que vous pouvez les éviter.

3.2 Les frais de gestion 

Ils s’appliquent sur chacune des lignes investies du contrat.

Ils varient selon la typologie d’actifs et selon le contrat. Cela représente les frais qui vont rémunérer l’assureur et votre conseiller.

3.3 Les frais de sortie 

Aujourd’hui sur la plupart des contrats, un rachat partiel ou total n’entraîne pas de frais.

Il existe en revanche des frais de rente sur de nombreux contrats si vous souhaitaient sortir en rente.

Il existe également sur certains fonds (certains fonds immobiliers par exemple) des frais de rachat anticipés. C’est à dire que si vous souhaitez récupérer votre argent avant une certaine date des frais vous seront prélevés. Ces frais sont mis en place essentiellement pour permettre une bonne gestion des fonds. Nous pouvons les retrouver sur certaines SCPI par exemple car l’investissement dans une SCPI ne se gère pas comme un investissement en bourse.

3.4 Les frais d’arbitrage 

Ces frais peuvent varier suivant le contrat. Dans beaucoup de cas, le premier dans l’année est gratuit. Les autres arbitrages sont facturés selon un pourcentage ou un montant forfaitaire.

4. Les contraintes d’investissement dans un contrat d’assurance vie

Il existe également un certain nombre d’éléments à prendre en considération au sujet du fonctionnement pratique du contrat avant de prendre une décision.

4.1 Les montants investis

C’est une chose banale mais il est intéressant de déterminer le montant que vous souhaitez investir. Bien évidemment en termes de versement initial mais également en tant que versements complémentaires.

Certains contrats d’assurance vie ne vous permettront pas d’investir moins d’un certain montant dans une « ligne » d’OPCVM. Cela peut avoir des conséquences lors de versements programmés si vous devez vous cantonner à une seule Unité de Compte car votre assurance vie vous y oblige.

Par exemple, si l’obligation d’un versement complémentaire par OPCVM est de 150 €, cela peut être fâcheux en diversification si c’était la somme que vous souhaitiez programmer par mois. Un contrat qui permet d’investir 50 € par OPCVM aurait certainement été plus judicieux. 

Ce sont des éléments à prendre en considération. Il faut simplement adapter votre contrat d’assurance vie à vos besoins.

4.2 Les options de gestion en assurance vie

Les assureurs proposent de nombreuses options de gestion permettant de sécuriser votre capital. Vous y trouver principalement :

– La garantie décès plancher : l’assureur s’engage, en cas de décès, à verser la totalité du capital versé sur le contrat, sans regarder l’évolution des marchés financiers.

– Option investissement progressif : c’est une option qui permet d’investir progressivement sur un fonds euro ou sur des unités de compte. L’enjeu est ici d’aboutir à un prix d’acquisition moyen plus intéressant  (par rapport à des valeurs plus distinctes).Cela permet d’investir sur plus de valeurs.

– Option rééquilibrage automatique : l’allocation d’origine est conservée. C’est une mémorisation de l’allocation initiale et un rééquilibrage qui permet de réallouer l’argent gagné vers les supports qui ont le moins performé.

– Option Stop-Loss : Il y a un transfert automatique vers le fonds en euro si une unité de compte subit une perte supérieure à un certain seuil déterminé. Nous y trouvons 2 « formule » : le stop-loss  absolu qui est déterminé en fonction de la valeur initiale et le stop-loss relatif qui est calculé en fonction du point le plus haut de l’unité de compte.

– Option sécurisation des plus values : elles permettent de protéger vos gains dans le temps. Elles sont redistribuées vers le fonds euro à condition de dépasser un certain seuil de performance.

Si ces options existent habituellement, il faut quand même voir l’incidence que cela peut avoir sur les frais de gestion.

En effet, selon les conditions générales du contrat, des frais peuvent être appliqués sans utilisation des options ou parfois, des frais d’arbitrage.

Ces options doivent être utilisées à bon escient. En effet, il est dommage lorsque les marchés montent de gâcher un potentiel de croissance sous prétexte qu’elle dépasse un seuil fixé arbitrairement. Il est également pénible de voir un certain montant de son capital être transféré sur le fonds euro quand les marchés repartent à la hausse, sans pouvoir pleinement en profiter.

Conclusion

Il existe un nombre important d’assurance vie sur le marché. Les assureurs se différencient pour trouver de nouveaux clients ou l’atout commercial qui fera basculer celui-ci sur leur contrat.

Je tiens à rappeler que vous pouvez évidemment souscrire à plusieurs contrats d’assurance vie. Et, hormis dans quelques cas isolés, vous pouvez reprendre votre argent à n’importe quel moment.

Il ne faut également pas confondre le contenant de l’assurance vie et le contenu. Le fonds euro n’est heureusement pas le seul investissement de l’assurance vie. Vous pouvez percevoir un rendement bien plus important que sur ces placements garantis sur du long terme.  

Une bonne assurance vie peut vous suivre en principe toute votre vie. Il est évident que pendant un laps de temps très long, beaucoup de choses vont évoluer : vos besoins, la conjoncture économique, votre tolérance à une variation de la valeur de vos actifs…

Rien ne vous empêche donc de choisir la meilleure la meilleure assurance vie selon votre propre pondération.

Vous avez du mal à choisir votre assurance vie, à déterminer votre profil investisseur ou à construire votre allocation d’actif ? Cliquez-ici pour vous faire accompagner et bénéficier des meilleurs contrats d’assurance vie aux meilleurs conditions.

1 réflexion au sujet de “Les critères de choix pour une assurance vie”

Laisser un commentaire

Une heure de formation offerte...